mercredi 19 octobre 2016

Sans oublier d'être heureux


Résumé ~

Comment être un enfant mal-aimé sans devenir un adulte brisé ? Comment entrer à Polytechnique quand on n'est pas allé en classe avant la 5e ? Comment devenir riche en se ruinant ? Comment financer ses rêves avec des inventions industrielles décoiffantes ? Comment s'y prendre pour faire élire un président de la République ? Comment être jeune à quatre-vingt-dix ans en mangeant des sardines ? Comment lancer des journaux qui deviendront cultes ? Claude Perdriel est de ces êtres qui ont "changé la vie" d'une génération. Son destin traverse et révèle plus de sept décennies de mutations françaises. Intense et gaie, sa vie est un roman d'apprentissage. Non seulement il n'a cessé d'imaginer des produits industriels ou des journaux comme Le nouvel Observateur ou Le Matin de Paris, mais il s'est inventé lui-même.



Ce que j'en ai pensé ~

Déjà, je dois vous dire que je ne noterais pas ce livre, compte tenu qu'il s'agit d'un Abandon et que je ne connais donc pas l'intégralité de cet ouvrage.
De plus, mon avis me reste propre et je tenterais dans cette chronique, et au mieux que je le peux, de vous offrir les raisons de mon abandon ainsi que les quelques points positifs que j'ai quand même réussis à touché du bout du doigts.
Cette chronique est réalisé pour une seule raison ; j'ai reçu ce livre en Service Presse, et par là je m'étais engagée à faire une chronique, celle même que vous êtes en train de lire.
Ce n'est pas que je n'ai pas aimé l'histoire, bien loin de là, mais le style trop "biographique" m'a beaucoup dérangée.

Histoire / Univers ~

Ici, nous retrouvons Jean-Claude Pédriel dans tout ce qu'à été sa vie ; bien sûr nous rencontrons les punitions de ses parents, les envoies dans plusieurs pensionnats, la déchirure de quitter sa grand-mère. L'histoire c'est celle d'un homme qui va partir de rien et aller très haut, jusque créer le très connu journal "Le nouvel Observateur".
Mais pour ma part l'histoire est plate, on ne nous raconte que ce qu'on veux nous raconter. Dans une vie, il ne se passe pas tout les jours quelque chose, et donc décrire cela reste un exercice compliqué.

Personnages ~

Je ne sais pas si nous pouvons appelé ça des personnages, dans le sens où ils sont tous réel. Mais malgré ça, je trouvais que tous avaient un aspect soit noir soit blanc. Il n'y avais pas de gentil avec des côtés méchants, et pas de méchants avec des côtés gentils. Je ne sais pas si je suis claire, mais c'est vraiment un point qui m'a dérangé.
D'autant que les personnages rencontrés sont nombreux à apparaître juste en les nommant et reviennent quelques pages plus tard comme-ci depuis tout ce temps on en parlait alors qu'on ne les connais pas du tout.. J'ai aussi été perdue sur ce point.

Écriture / Rédaction ~

Comme je l'ai dis dans la catégorie "Ce que j'en ai pensé", je vous avez pu constatez que le style d'écriture m'a purement et simplement gênée. 
Effectivement lorsque j'ai accepté ce Service Presse, je trouvais que toute la vie de ce jeune homme monté très haut pouvait être vraiment intéressante, et pourtant lorsque j'ai commencé cette lecture ... Bwof si vous voyez ce que je veux dire.
En effet le style est étrange, je trouve. L'auteur nous parle de (Jean-)Claude comme s'il était avec elle et nous sort parfois un " "..." m'a dis Claude" ... C'est assez perturbant mais je pense que ce style peux plaire à beaucoup de monde.

En bref ~

Même si j'ai abandonné ce livre, je reste persuadée que le sujet était intéressant ; voir comment un homme à pu arrivé à gravir autant de difficultés pour en venir à être un grand chef d'entreprise.
Je pense que cette histoire peux plaire aux personnes désireuses de détails, de biographies et de lecture un petit peu complexe.
Si vous avez lu ce livre, ou que vous souhaitez le lire n'hésitez pas à me le dire en commentaires.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire